Oxmo Puccino: Un gros bras qui se fait des films

LipopetteUtiliser des mots, pas des gros mots. Forcément, c’est un peu atypique pour un rappeur. Surtout ces temps-ci où beugler une ode à la taille de ses attributs génitaux au bord d’une piscine est assez vendeur. Oxmo Puccino n’a jamais mangé de ce pain-là et se fout d’un rap français kidnappé par de mauvaises chansons. Dans ses textes, l’homme, un brin goguenard, feint la nonchalance et conte de petites histoires de gangsters et autres desperados pas si méchants que cela. Par touches, il y distille aussi des vérités toujours bonnes à entendre («Lorsque les gens disent que ton destin s’écrit quand t’es petit, ils oublient de dire que le stylo est l’coin où t’as grandi»). Tout cela comme s’il écrivait un film.

Abdoulaye Diarra est né en 1974 près des rives du fleuve Niger, sous les balanzans de la belle ville de Ségou, au Mali. Cinq ans plus tard, sa famille s’installe à Paris, dans le quartier du Danube, sis en plein XIXe. Pendant que Jacques Chirac règne sur la capitale et ses HLM, Abdoulaye Diarra passe son bac. Sur les ondes de Radio Nova, le rap débarque en France. La culture hip-hop aussi. Comme d’autres, le jeune Abdoulaye s’affuble d’un nouveau nom – Bore – et se passionne pour la peinture sur métro. La RATP n’apprécie guère, la maréchaussée non plus. Pincé, Bore laisse place à Oxmo Puccino et troque son spray pour le micro, les quais pour la scène.

Ses premiers pas, Ox’ les fait avec Timb Bomb, un collectif parisien où il croise Booba, future petite frappe survendue du rap de France. Mais l’émancipation guette. La rencontre avec DJ Kheops, artisan musical des Marseillais d’IAM, se solde par un titre, Mama Lova, enregistré en 1997. Paumé sur une compilation, le morceau ne passe pas inaperçu. De quoi susciter l’intérêt d’EMI et l’attente du public. Une année plus tard, Opéra Puccino sonne juste. Honoré d’un disque d’or, l’album contient une perle, L’enfant seul, heureusement toujours joué en concert. Suit le doute avec un deuxième album (L’amour est mort, 2001) que seule une poignée de convaincus achète, avant que les actions du Malien ne repartent à la hausse avec son Cactus de Sibérie en 2004.

Son contrat chez EMI à terme, c’est Blue Note, label chargé d’histoire, qui prend langue avec le conteur Puccino. L’idée est simple, quoique pas très neuve. Allier les mots du rappeur à un combo jazz. Par bonheur, le MC n’est pas là pour mettre en valeur telle ou telle vieille gloire de la note bleue. Ici, le fil rouge est une histoire noire, remplie de truands et enfermée dans l’ambiance pesante d’un tripot malfaisant, le Lipopette Bar. De sa porte, l’œil torve du videur Ox’ observe, puis raconte ce monde de brutes avec au centre une belle diva, Billie, qui lorsqu’elle chante arrête la pluie. Comme au cinéma.

A écouter: Oxmo Puccino, Lipopette Bar, Blue Note, 2006, ou en live au Cully Jazz Festival, samedi 31 mars, dès 20 h 30.

© L’Hebdo, 22.03.2007

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s