Un banquier suisse témoigne: «Je ne vois pas Singapour comme une concurrence»

L’Hebdo a recueilli le témoignage d’un banquier suisse qui a exercé pendant deux ans à Singapour. Curieusement, et alors que celui-ci avait dans un premier temps le droit de s’exprimer à visage découvert, la communication de son employeur nous a imposé l’anonymat complet.

Quand José* arrive à Singapour en septembre 2008, le monde de la finance frise la faillite. Wall Street tremble, la City aussi. En Suisse, les regards sont rivés sur UBS qui, à la mi-octobre, recevra l’aide de Berne pour survivre.

A cette époque, José regarde cela de loin. Ses premiers instants à Singapour pour une grande banque suisse, il les passe à maîtriser les caractéristiques de cette place financière. Comme «cette Bourse qui ferme entre 12 h 30 et 14 h pour laisser le temps aux traders de manger», rit-il.

De retour en Suisse après moins de deux ans passés en Asie, le gestionnaire de fortune retient de bonnes leçons de cette expérience. Des rencontres avec des Suisses, venus travailler pour les secteurs financier ou pharmaceutique. Au niveau politique aussi, Singapour peut certes interdire les grèves ou les manifestations et pratiquer la peine capitale, mais «au moins, cet Etat fonctionne»! Sept jours sur sept, 24 heures sur 24, les chantiers tournent. Crise ou non. «C’est agréable de se balader dans la rue à toute heure du jour et de la nuit, sans crainte», lance ce résident lausannois.

Mais c’est surtout sur le plan économique que Singapour impressionne. Il y a ces fortunes d’Asie qui se constituent à un rythme fou et qui sont une cible de premier ordre pour les banquiers helvétiques. Les pressions extérieures sur la place financière suisse forcent à se redéployer, à la conquête de nouveaux marchés.

Pour José, il y a aussi la «culture, celle d’une formidable capacité des Singapouriens à copier ce qu’il y a de bon à l’étranger pour l’importer. Dans le domaine bancaire aussi.» De là, ainsi que l’écrivent les commentateurs, à faire de Singapour une rivale de Zurich ou Genève? Le praticien hésite.

«Pour un client, à l’image d’un entrepreneur qui veut investir en Asie, l’attrait de Singapour tient dans ses marchés financiers. D’autres clients y viennent pour répartir les risques géopolitiques entre différents centres financiers. Mais c’est absurde d’imaginer une sortie de capitaux de Suisse vers Singapour! Aucune banque suisse ne va déplacer des départements entiers là-bas.» Et de trancher: «Je ne vois pas Singapour comme une concurrence pour la place financière suisse, mais plutôt comme une offre complémentaire.»

Et si l’on voulait venir y dissimuler une partie de sa fortune? «Il y a un point historique que l’on oublie. Contrairement à la Suisse où de vieilles fortunes étrangères ont parfois pu être déposées à l’abri des fiscs nationaux et qui nous posent problème, ce phénomène n’existe pas», promet le banquier. Bien sûr, il n’exclut pas que de l’argent non déclaré finisse sur des comptes singapouriens. Mais il est irréaliste de venir y déposer des mallettes remplies d’argent. «En plus des règles de compliance des établissements bancaires, les directives et les contrôles des autorités de Singapour sont très sévères pour les clients étrangers. Tant sur l’ouverture de comptes que les transferts bancaires. Cela ne fait aucun sens pour un client européen», jure le gestionnaire. Même derrière un trust? «C’est un truc à la mode dont tout le monde parle. A Singapour ou ici en Suisse, je me vois difficilement proposer ce genre de structures à la majorité de mes clients», jure-t-il.

*Prénom d’emprunt

@ L’Hebdo, 25.10.2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s