Quand la Patrouille des Glaciers emballe ses sponsors

4500 participants à la fameuse course alpine ont reçu de la publicité pour l’assureur Groupe Mutel. un rabattage sous pli officiel de la Confédération.

Cet été, le commandant de la prestigieuse Patrouille des Glaciers (PdG), le lieutenant-colonel EMG Ivo Burgener a créé un nouveau métier de l’armée suisse: le rabatteur alpin. En juillet, 4500 participants à l’édition 2010 de la PdG ont en effet reçu un courrier signé par le gradé haut-valaisan, portant l’estampe confédérale et, en annexe, un dépliant promotionnel de l’assureur de Martigny, le Groupe Mutuel. Posté de Sion, le courrier comportait le sceau officiel de la Confédération sur son enveloppe. De quoi susciter l’étonnement d’élus nationaux, de gau- che comme de droite.

«Nous souhaitons, aujourd’hui, vous faire profiter d’une offre spéciale proposée par notre partenaire (le Groupe Mutuel, ndlr), réservée aux participants de la PdG 2010 et à leur famille (…). Nous vous remercions de l’accueil que vous ferez à cette offre.» La plume d’Ivo Burgener a écrit ces mots pour vanter la publicité de l’assureur. Libre au destinataire d’accepter, ou non, une offre pour une couverture d’assurance maladie et de participer à un concours du Groupe Mutuel. Quant à l’envoi, il a été emballé par la milice du chef de la Patrouille lors de jours de service, avant que le tout ne parte à La Poste.

Adjoint du chef marketing de la PdG, le lieutenant Frédéric Genetti insiste: «Tout a été fait dans les règles de l’art.» Et de noter que «rien n’est gratuit dans ce travail, car il s’agit d’un courrier civil et non militaire. L’envoi en courrier A a été payé sur le compte de la PdG. La mise sous pli et l’adressage a été fait par nous.»

Sollicité par L’Hebdo, Ivo Burgener concède que l’usage des logos de la Confédération est une «grosse bêtise qu’il assume». En fonction depuis juillet, le chef du marketing de la PdG, Fabrice Favero, reconnaît que «cela peut être considéré comme bizarre, mais nous n’avons jamais cherché à profiter du système. Nous sommes avant tout des bénévoles et des passionnés de montagne.»

Double détente. Le système de la PdG, de quoi est-il fait au juste? De deux entités. Dirigée par Ivo Burgener, la première relève de l’armée et du Département de la défense, de la protec- tion de la population et des sports (DDPS). Selon son commandant, le budget frôle 4 millions de francs, ce qui correspond aux jours de service de la troupe «offerts» à la PdG et autres vols en hélicoptère pour VIP. Cette entité joue la transparence jusque sur son site internet, où l’on découvre sa structure et sa composition. Ce n’est toutefois pas le cas de la seconde entité.

Depuis 2003, une association de soutien à la PdG existe. Cette dernière collecte 2 millions de francs, surtout les frais d’inscription à la PdG et l’argent d’une quarantaine de partenaires. Fort de cinq militaires, son comité compte, outre Ivo Burgener, l’un des fondateurs de l’association, le lieutenant-colonel EMG Grégoire Jirillo. Instituteur au civil, il dirige l’état-major de la PdG depuis bien des années. Concrètement, cette association bénévole débauche lesdits spon- sors et leur offre en échange des prestations qui vont de l’envoi de publicité à un stand sur le parcours. «Par exemple, un envoi a eu lieu avant notre dernière édition pour, je crois, Wenger, Swisscom, les 4 Vallées et les vins Giroud. Le DDPS nous a donné son accord pour faire comme cela», s’étonne le numéro deux de la PdG, Grégoire Jirillo.

A Berne, Christoph Brunner, porte-parole de l’armée, ne soutient pas cette version des faits: «Nous ne pouvons pas vous dire pourquoi cette publicité a été expédiée avec des enveloppes de la Confédération. Cela ne relève pas de la sécurité.» Quant aux enveloppes, elles ne «représentent que 0,007% du budget de la PdG», relativise le porte-parole. En revanche, Christoph Brunner n’a donné aucune réponse s’agissant de l’utilisation des bras de la troupe par une association civile, ni sur l’accès gratuit à l’économat fédéral pour sa papeterie. Aucun détail non plus sur les comptes des différentes entités, pourtant publics.

Et du côté des sponsors? «Vous cherchez midi à quatorze heures. Je ne saisis pas votre problème», s’interroge Yves Seydoux, porte-parole du Groupe Mutuel. La Patrouille des Glaciers est une vaste entreprise commerciale comme les autres. C’est le bras de la Confédération, il est donc logique qu’elle utilise son logo officiel», tranche-t-il en confiant que peu de patrouilleurs ont répondu au concours de l’assureur.

Circulez. Aucun problème? Pas sûr, à croire les politiques interrogés sur le sujet. Conseiller national, Stéphane Rossini (PS/ VS) a déjà questionné le DDPS à plusieurs reprises sur le finance- ment de la PdG et des vols VIP organisés par l’armée, sans obtenir de détails. «Quant à cette histoire de mailing, c’est l’énième illustration d’un complet mélange des genres.»

Son homologue et patrouilleur lors de l’édition 2010, Hugues Hiltpold (PLR/GE), déplore aussi le procédé: «Clairement, la direction de la course va trop loin en emballant de la publicité avec le sceau de la Confédération.» Au fond, le problème se pose quant au financement de cette manifestation sportive. «Si l’armée veut conserver cette vitrine, alors, elle doit l’assumer elle-même et ne pas recourir à des sponsors privés.»√

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s