Qui payera la facture du cinéma Capitole?

2,6 millions de francs, non compris les frais de mutation et de notaire. C’est le prix payé par la ville de Lausanne pour racheter le cinéma Le Capitole. Un chiffre que la TSR a lu sur un procès-verbal de la Municipalité vaudoise du 7 juillet 2010. Un montant resté secret jusqu’ici, selon le vœu de la municipale en charge de la culture, la socialiste Silvia Zamora, et l’ancienne propriétaire des lieux, Lucienne Schnegg, figure connue des Lausannois et immortalisée dans un film de Jacqueline Veuve (La Petite Dame du Capitole). Agée de 85 ans, cette dernière en réclamait à l’origine 3,5 millions de francs.

Depuis cet été, Lausanne a remis l’exploitation de la salle à la Cinémathèque suisse et à son directeur, Frédéric Maire. Charge à lui de trouver l’argent pour la rénovation de ce bâtiment de 1928 et qui reste la plus grande salle de projection du pays. Une étude de faisabilité aurait dû être livrée en juin. Cette étude et son mandat de réalisation devraient être lancés bientôt, après six mois de retard.

Projections avec orchestre
Frédéric Maire imagine faire du Capitole une salle de prestige. «Le projet à court terme est de faire survivre la salle avec une programmation commerciale qui finance les salaires des opérateurs. Et d’autre part, d’y proposer des événements de prestige liés à la Cinémathèque, comme avec Pierre Etaix récemment». Et s’agissant de la rénovation? «Nous devons étudier le projet définitif du Capitole après restauration. Que faut-il faire dans le gros œuvre, le chauffage, l’aération, l’installation électrique, dans la décoration ou la redécouverte des fresques qui existent derrière les faux plafonds! Et d’équiper le Capitole avec la meilleure technologie possible. A la fois pour diffuser des films contemporains et de films du patrimoine, y compris muets. Avec qui sait, un orchestre». Reste à parler du coût de l’opération.

«Nous avons été très clairs avec nos partenaires. Nous avons payé l’achat de cette salle», explique la socialiste Silvia Zamora, «mais pour ce qui est de la rénovation, la Cinémathèque et en particulier son directeur doivent trouver un financement. Peut-être que nous participerions pour un bout, mais l’essentiel doit venir d’ailleurs». Le cinéma Capitole n’est pas une salle comme les autres. Avec ses 867 fauteuils, le bâtiment est classé au patrimoine. Ce qui signifie d’importants coûts de rénovation. Des millions, voire une dizaine. «En 14 ans de municipalité, je n’ai jamais connu un projet de rénovation qui respectait les coûts estimés à l’origine», sourit la municipale.

Niet bernois et menace lausannoise
A Berne, sur les documents de l’Office fédéral de la culture (OFC), le principal bailleur de fonds de la Cinémathèque, aucune trace d’un tel projet. Ni sur le budget 2011 de l’institution. Ni durant les premières discussions sur un rapport sur l’avenir de la Cinémathèque que l’OFC livrera au Conseil fédéral au premier trimestre 2011.

Directeur de l’OFC, Jean-Frédéric Jauslin confirme: «La question de la Cinémathèque pour la Confédération ne passe pas par l’affaire du Capitole. Pour nous, le centre de préoccupation n’est pas le Capitole, mais au niveau de Penthaz. Je ne peux pas m’exprimer sur le fait comment va évoluer l’affaire du Capitole, c’est l’affaire de Lausanne (…) Si la Ville veut investir, nous le voyons d’un très bon œil, mais notre priorité au niveau des engagements financiers se situe au niveau de Penthaz et des collections». Une position qui tranche avec l’optimisme de Frédéric Maire. «J’ai reçu des garanties, bien sûr (…) Peut-être qu’un jour la Cinémathèque dira on y arrive pas, tant pis. Alors oui, ce sera un problème de la Ville et Lausanne a à assumer le projet. Mais pour l’instant ce n’est pas le cas, nous en sommes loin de là». Et Frédéric Maire de se réjouir du versement d’un don de 20’000 francs d’un particulier, heureux de voir le Capitole se doter d’un avenir.

Mais cela ne rassure pas la municipale socialiste qui achève son mandat en juin. «Je comprends que Berne fixe ses priorités, mais je dois rendre attentif Berne que Lausanne aussi ses priorités. En principe, nous ne devrions pas subventionner la Cinémathèque. Ce n’est pas du ressort d’une ville. Nous le faisons très largement pour qu’elle reste à Lausanne et qu’elle soit active. Nous pourrions nous aussi revoir notre priorité et utiliser ce subventionnement pour une autre activité». Par an, Lausanne subventionne la Cinémathèque pour un montant inférieur à un demi-million de francs.

Une menace à peine voilée qui étonne à Berne. D’autant que, dès cet automne, les autorités fédérales investissent dans le canton de Vaud près de 50 millions de francs pour la réalisation du dépôt d’archives filmiques de la Cinémathèque, à Penthaz.

Un acteur commercial dans la danse
Selon plusieurs voix, et si le financement de l’opération est ficelé, la fin des travaux de rénovation s’annonce pour 2015. Pas avant. D’ici-là, Frédéric Maire trouve des solutions pour la survie du Capitole. «Des solutions audacieuses», ose un municipal, membre de la majorité rose-rouge-verte. Il y a peu, le directeur de la Cinémathèque confiait en effet le gros de l’exploitation de la salle au géant commercial Pathé, acteur incontournable des cinémas de l’arc lémanique.

A cette annonce, la municipale socialiste a pris contact avec Frédéric Maire pour s’assurer que «cela allait dans le bon sens. Ce qui était le cas». Y compris au sujet de l’arrangement financier qui lie la Cinémathèque à l’opérateur commercial. Ce dernier encaisse, selon Frédéric Maire, «un modeste 5% sur les prix des billets».

Le sujet du Grand format du 19:30, en vidéo © TSR, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s