Actions de Xamax: Sylvio Bernasconi à la manoeuvre

Un mois après le rachat de Neuchâtel Xamax par l’homme d’affaires tchétchène Bulat Chagaev, les acteurs locaux de l’économie s’interrogent. Comment l’ancien propriétaire du club, Sylvio Bernasconi, a-t-il obtenu une majorité des actions de Neuchâtel Xamax SA avant de les revendre? D’après les estimations de la TSR, non confirmées par l’intéressé, sa part a ainsi presque doublé en quelques mois. Dès ce printemps, Sylvio Bernasconi «a fait le tour des popotes», raconte un avocat neuchâtelois proche du club. Une information confirmée par quatre entreprises de la région qui souhaitent rester anonymes. 

En effet, l’entrepreneur a récupéré auprès de petits actionnaires des parts du club pour une somme très modique. «C’est vrai que la majorité de ces actionnaires m’ont vendu leurs actions pour un franc. Ces actions en réalité ne valaient rien. Ce sont les joueurs, dont j’ai acheté la moitié, qui ont de la valeur», explique le Neuchâtelois à la TSR.

« Signe de camaraderie »
Il y a quelques années, Sylvain Mercati, administrateur de Setimac, a remis ses parts à Sylvio Bernasconi. «Un jour, il m’a appelé en me disant qu’il lui serait agréable et utile que je puisse lui revendre ces actions d’un montant d’environ 10’000 francs. Je les lui ai redonnées. C’était un soutien au club, pas un investissement», témoigne ce spécialiste de l’étanchéité des bâtiments qui a œuvré aux côtés de Sylvio Bernasconi à la construction du Stade de la Maladière.

«Donner ces actions, ce n’était pas un petit arrangement entre amis. C’était un signe de camaraderie. Nous nous connaissons et nous travaillons ensemble depuis trente ans», ajoute encore le chef d’entreprise.

Patron de l’entreprise éponyme, Lino Catellani a vécu la même expérience en mars. Le 15 mars, la transaction est signée sur des actions au porteur d’une valeur de 29’300 francs. Prix de vente : un franc symbolique. A la même date, la société CréaBéton fait de même, mais n’a pas souhaité communiquer de chiffres.

Surpris d’apprendre la reprise du club par un investisseur venu de Tchétchénie, le directeur du transporteur routier Catellani avoue «une certaine déception». Et ce, car Sylvio Bernasconi ne lui a rien dit sur l’avenir du club lors de la remise de ses actions.

Système Bernasconi
D’autres sont moins tendres hors micro et parlent de «manœuvre à la Bernasc’». «Il ne nous a pas roulés. Mais c’était un système où avec son entreprise et son effet de levier sur l’économie locale, il était impossible de ne pas acheter ces actions, ni de les lui redonner pour rien», constate un patron actif dans la construction.

Un état de choses que signale le patron Bernasconi: «Je doute que ces personnes se plaignent de moi parce que j’ai acheté ces actions un franc. Je rappelle qu’elles sont tous des partenaires du groupe Bernasconi».

Une question taraude les petits actionnaires qui ont cédé leurs parts il y a peu. Combien a encaissé Sylvio Bernasconi de la part de Bulat Chagaev? Réponse du premier: «Entre 1 franc et deux millions de francs.»

Yves Steiner

© 2011, RTS

Voir l’enquête en vidéo sur le site de la TSR



Une réflexion sur “Actions de Xamax: Sylvio Bernasconi à la manoeuvre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s