Xamax: du noir à l’anthracite

L’exaspération des Neuchâtelois et des supporters du club face au propriétaire Bulat Chagaev est maximale. L’appel au boycott lancé pour le match du dimanche 11 septembre contre Grasshoppers l’illustre avec au final, un kop des supporters bouclé et une manifestation une heure avant la rencontre. Et qui sait, peut-être que selon le résultat de la partie, Bulat Chagaev nous fera encore une fois la délicatesse d’une indélicatesse. Avec ou sans armes dans les vestiaires.

Cependant, et comme cela fait plus de cinq mois que je m’intéresse à l’affaire, il y a des éléments pour voir la situation actuelle (un tout petit) moins en noir qu’habituellement. Certes, cela ne fera pas oublier le récent licenciement de l’entraîneur Joaquín Caparrós, ni l’agit-prop au tour d’un déménagement du club sur l’arc lémanique. Mais d’un noir absolu, on frôle l’anthracite. C’est déjà ça.

Premièrement, le 29 août, Bulat Chagaev a pris la présidence du conseil d’administration de Xamax. Cela montre que le Tchétchène prend ses responsabilités sans se cacher derrière un homme de paille, Andreï Rudakov ou, un temps évoqué, Islam Satujev. Pénalement aussi, c’est intéressant de savoir à qui la justice aura à faire si tout devait se casser la figure.

Deuxièmement, Bulat Chagaev n’est pas un homme sans le sou comme beaucoup l’ont écrit ou supputé. Bien des factures demeurent impayées. Mais ce week-end, deux versements d’environ 600’000 francs sont arrivés sur les comptes de Neuchâtel Xamax. Cela a servi à payer, en grande partie, le staff administratif et technique, et les joueurs. Aujourd’hui, on a appris que la Ville de Neuchâtel a reçu les 200’000 francs réclamés pour la location du Stade de la Maladière.

Troisièmement, ces transactions bancaires ont été autorisées par Crédit Suisse. Cela signifie donc que la banque a vérifié l’origine et la nature des fonds et a rempli son obligation de compliance vis-à-vis des lois en vigueur. Du moins on l’espère pour elle.

Quatrièmement enfin, Neuchâtel Xamax a remis son dossier pour la licence de Super League vendredi dernier. Là encore, dans les délais impartis et de manière complète. Encore un engagement tenu.

Avec ces quatre faits tombés en dix jours, Bulat Chagaev ne nous avait pas habitué à tant de « bonnes nouvelles » depuis son arrivée à la Maladière.

2 réflexions sur “Xamax: du noir à l’anthracite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s