La FINMA, les banques et le Printemps arabe: régression transparente

OPINION. Que ce fut long. Prévu pour le début de l’été, puis la fin de celui-ci, voire le début de l’automne, c’est jeudi 10 novembre que la FINMA, le surveillant des banques, a publié son rapport sur le respect – ou non – des obligations de diligence des banques envers des personnes sensibles provenant des dictatures tombées avec le Printemps arabe (Egypte, Tunisie, Libye). En résumé, si les banques ont accueilli des fonds d’individus provenant de ces pays (ce qui n’est pas illégal), ont-elles vraiment vérifié si ces personnes n’étaient pas trop proches du pouvoir en place? La réponse est décevante: oui, sauf quatre moutons noirs.

Personne n’espérait trouver un troupeau de moutons noirs. Surtout si l’on considère les promesses et les louanges des milieux bancaires et des autorités fédérales sur l’excellence de la loi anti-blanchiment qui encadre le travail de la place financière et la surveillance pointilleuse des banques elles-mêmes. Non, la déception est ailleurs.

Pourquoi ne pas avoir publié les noms des banques pincées? Et ainsi leur poids relatif pour la place financière? S’agit-il de banques privées, de grandes banques, de banques cantonales? Zéro indication. Et les individus concernés? Niet. Le seul élément concret à se mettre sous la dent, ce sont trois cas… anonymisés.

Qui sait, ces questions trouveront peut-être une réponse dans la presse écrite ces jours prochains, la FINMA ayant refusé de répondre aux questions des télévisions dont la TSR (on a l’accès à l’information que l’on peut). Mais il y a un point plus étrange, tout aussi inexplicable. Fin 2000, la Commission fédérale des banques, l’ancêtre de la FINMA, publiait un rapport du même acabit sur les fonds du dictateur nigérian Abacha avec les noms des banques concernées. Onze ans plus tard, le balancier file dans l’autre sens et ce, alors que les autorités suisses jurent – j’ai arrêté de compter les citations dans ce sens – «vouloir faire toute la transparence» sur ce dossier. Le Caire et Tripoli apprécieront. Tunis aussi, qui publie demain un important rapport de 500 pages sur la corruption sous Ben Ali.

Par chance, la FINMA a énormément d’humour pour celui ou celle qui s’aventure jusqu’à la douzième et ultime page de son rapport. Courageuse, elle ose révéler qu’une banque n’a pas identifié une personne sensible «car il existe différentes orthographes de son prénom». La FINMA aurait été cruelle de publier le nom de cet établissement. Elle a eu raison de se taire. Tant d’argent dépensé dans des services de contrôle interne, des systèmes de détection informatique dernier cri et autres accès à des bases de données privées, tout cet argent pour se planter sur l’orthographe du prénom, c’est frustrant. Et, par la même occasion, on se demande aussi à quoi servent ces beaux Powerpoint de l’Association suisse des banquiers distillés à longueur de «séminaires pour journalistes» sur le Know Your Customer.

Yves Steiner

PS: pour ceux et celles qui souhaitent une information sur une banque qui a loupé le coche avec son obligation de « diligence », on trouve HSBC Genève qui a hébergé 11 millions de francs de Belhassen Trabelsi, beau-frère notoirement corrompu de l’ex-président Ben Ali. C’est ici.

Update (11.11.2011): Gosh. J’ai oublié un autre trait d’humour dans le rapport de la FINMA ou plutôt, un manque de curiosité certain. A la page 6, on lit ceci: «Les banques ont dû fournir à la FINMA en particulier les documents relatifs à l’ouverture des comptes, la correspondance avec les clients concernés, les notes internes, les relevés des mouvements de compte depuis le 1er janvier 2009 (…)». Outre le fait que la FINMA semble ne s’être intéressée qu’aux seules personnes physiques oubliant les personnes morales, celle-ci a limité son enquête (à décharge?) aux deux dernières années. Et dire que ces régimes d’Afrique du Nord ont tenu le coup plusieurs dizaines d’années…

Une réflexion sur “La FINMA, les banques et le Printemps arabe: régression transparente

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s