Xamax: nouvelle plainte pénale contre Sylvio Bernasconi

Bulat Chagaev, président et propriétaire de Neuchâtel Xamax

Bulat Chagaev, président et propriétaire de Neuchâtel Xamax

Nouvel épisode dans le bras de fer Chagaev-Bernasconi: la direction actuelle de Neuchâtel Xamax a déposé une plainte pénale le 10 janvier contre l’ancien propriétaire du club Sylvio Bernasconi et trois autres ex-dirigeants, entre autre pour « gestion déloyale » et « abus de confiance », a appris la TSR.

Bulat Chagaev ne baissera pas les bras. Désormais privé de licence par la Swiss Football League, le propriétaire de Neuchâtel Xamax SA promet de faire toute la lumière sur selon ses termes « les malversations passées du club ». Une plainte pénale a été déposée le 10 janvier à Neuchâtel contre l’ancien propriétaire de Xamax, Sylvio Bernasconi, ainsi que trois autres ex-dirigeants, entre autre pour « gestion déloyale » et « abus de confiance », a appris la TSR. Le Tchétchène y dénonce « des mécanisme de transferts de joueurs violant les intérêts de la société ». Pierre Aubert, procureur général du canton de Neuchâtel, dit vouloir diligenter une enquête policière.

Guerre aux « escrocs et aux voleurs »
Mercredi, dans un entretien à la TSR, Bulat Chagaev a promis de s’en prendre « aux escrocs et aux voleurs » de l’ancienne direction de Neuchâtel Xamax SA. Les avocats du club ont faire parvenir, le 10 janvier déjà, une plainte pénale et plusieurs dizaines de pièces justificatives au Parquet de Neuchâtel. Motifs: gestion déloyale, abus de confiance, suppression de titres, détérioration de données et manquements aux prescriptions légales sur la comptabilité.

Quatre hommes sont visés, dont l’ex-propriétaire du club, Sylvio Bernasconi. Contacté vendredi, son avocat, Me Alexandre Zen-Ruffinen, dit ne connaître «ni les tenants, ni les aboutissants de cette énième démarche de M. Chagaev », et se trouve dans l’impossibilité de prendre position.

Xamax, une « plateforme commerciale »
Neuchâtel Xamax SA accuse les anciens dirigeants d’avoir mis sur pied un « mécanisme de transfert de joueurs violant les intérêts de la société ». Entre 2006 et 2011, treize joueurs ayant évolué à Neuchâtel Xamax auraient été achetés par un pool d’une demi-douzaine d’investisseurs dont Sylvio Bernasconi. Mis à disposition de Xamax, ces joueurs étaient salariés et valorisés par le club. Le montant des transferts aurait été touché par les vrais propriétaires des joueurs, sans qu’un sou ne revienne à Neuchâtel Xamax. Le club aurait ainsi été « une plateforme pour le commerce de certains joueurs ».

Ces accusations sont étayées par la découverte de conventions, de pièces comptables et de transactions vers des sociétés tierces.

La plainte détaille l’exemple du joueur nigérian Ideye Aide Brown dont le transfert en janvier 2010 vers Sochaux pour 3 millions d’euros a fait l’objet de quatre versements, dont l’un de 166’003 euros vers sur une entité offshore, basée à Hong Kong. Y a-t-il eu d’autres cas de paiements offshore? De combien concrètement le club aurait-il été lésé? Contacté, Pierre Toffel, avocat de Neuchâtel Xamax, a refusé de commenter « en raison du secret de l’instruction ».

« Grande attention »
A Neuchâtel, le procureur général Pierre Aubert confirme avoir reçu la plainte de la direction de Neuchâtel Xamax voici dix jours. « Nous l’examinons avec grande attention, mais pour l’instant, aucune instruction n’est lancée. J’ai demandé une investigation policière avant d’aller plus loin », conclut-il.

© TSR, 2012, Yves Steiner et Agathe Duparc/gax

Voir le sujet du 19.30 de la TSR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s