Vaud communique sur Vale… ou presque

Ce vendredi, la TSR a sorti de nouvelles informations sur le feuilleton fiscal Vale, ce géant minier installé à Saint-Prex (VD). Une société multinationale que le Canton de Vaud et ladite commune exonère totalement depuis mars 2006 et ce, au titre de l’arrêté «Bonny». Une société pointée du doigt dans un rapport du Contrôle fédéral des finances (CdF) qui, sans la nommer, juge son implantation contraire aux règles de l’arrêté «Bonny».

Depuis ce vendredi, ça chauffe un peu en terre vaudoise. Dans 24 heures de mardi, Yves Ferrari, président des Verts du canton, veut la tête du responsable politique du dossier Vale, le radical-libéral Pascal Broulis. Selon le chef des Verts, les contribuables vont payer la supposée bourde de l’argentier cantonal en voyant leur part augmenter à la péréquation financière fédérale. En effet, Vale booste la contribution vaudoise. C’était une autre conclusion du rapport du CdF.

Du côté des alliés des Verts, les socialistes vaudois, c’est le silence radio. Et dire que nous sommes en pleine bataille électorale et que ce 11 mars, la gauche rose-verte désire ardemment conserver sa majorité à l’exécutif obtenue en décembre. Il y a des campagnes électorales plus calmes que d’autres…

Mais il y a des silences plus étranges. Vendredi, tandis que nous nous affairions sur le sujet avec mon collègue Gaspard Kühn, une chose était certaine: le Conseil d’Etat voulait communiquer sur Vale dans la journée. Après la séance de mercredi, le Conseil d’Etat avait décidé de communiquer à la fin de la semaine. C’était le mandat remis au grand argentier cantonal.

Ce fameux vendredi chez Vale aussi, une porte-parole ne nous a pas donné l’impression d’être surprise par la prochaine publication d’un communiqué de presse. «Vous l’avez reçu? Vous savez quand il sort?». Et même à Berne, dans les méandres de l’administration fédérale, la communication en question était attendue. Là encore, deux personnes contactées nous l’ont dit en off. Cela faisait beaucoup de monde pour la même rumeur…

Sauf que rien n’est venu. Merci, car ainsi nous avons eu notre petite exclusivité même je ne crois pas que le Conseil d’Etat vaudois tenait à faire la lumière sur le premier bénéfice prévisionnel – 35 millions de francs – que Vale avait présenté en 2006 aux autorités fiscales vaudoises pour décrocher son exonérations avant de faire près de 5 milliards de profits suite à sa restructuration.

Mais alors que s’était-il passé. Où est le bug? Et pour mes archives personnels, qu’est-il advenu de ce communiqué de presse (si quelqu’un le retrouve: yves.steiner[at]rts.ch)?

En coulisse, on raconte qu’avant de continuer les discussion avec Vale, Vaud et son Administration des impôts (ACI) ont tenté de mettre l’Administration fédérale des contributions (AFC) dans l’affaire. Et ainsi publier un communiqué pour dire que tout allait bien. Mais le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) n’aurait pas aimé la manœuvre d’où ce blocage pris au plus haut niveau. Que du conditionnel, vous l’avez noté.

A ma connaissance, ni l’ACI, l’AFC, ni le Seco ou ma voisine du 2ème ne commente une pareille rumeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s