Riadh Ben Aïssa bientôt extradé ?

Exclusif. Riadh Ben Aïssa, un ex-dirigeant canadien incarcéré à Berne pour corruption pour des affaires en Libye, a conclu un accord avec le Ministère public de la Confédération (MPC). Cet ancien vice-président du constructeur SNC-Lavalin a reconnu une partie des griefs. Si le MPC obtient l’aval du Tribunal pénal fédéral, les biens du Canadien en Suisse seront confisqués et il sera extradé vers son pays.

Lire la suite

Clan Ben Ali – Trois banques suisses (un peu) épinglées

EXCLUSIF. Le surveillant des banques remet à l’ordre trois banques qui ont géré des avoirs du clan Ben Ali. HSBC Private Bank est interdite d’ouvrir des comptes à des personnes politiquement exposées durant trois ans. Toutefois, la sentence pécuniaire pour les banques fautives est modique : moins de 200’000 francs, alors que des centaines de millions de francs ont transité par Genève.

Lire la suite

Affaire Barcenas: cash, offshore et… Lombard Odier


EXCLUSIF. Le Parquet de Genève a ouvert une enquête sur les fonds détenus en Suisse par Luis Bárcenas, l’ex-trésorier du Parti Populaire espagnol (PP), soupçonné de corruption. Cette affaire montre le rôle  joué par la place financière genevoise et en particulier, d’une fiduciaire de la banque Lombard Odier. Entre versements en cash et structures offshore. Lire la suite

Affaire ouzbèke: une société zougoise est ciblée

EXCLUSIF. Ce vendredi, l’opérateur suédois TeliaSonera livre un rapport très attendu sur les allégations de corruption qui auraient entaché son développement en Ouzbékistan. Selon des informations de l’agence de presse suédoise TT et la RTS, un nouveau lien apparaît entre cet opérateur et Zeromax, une société zougoise. Une société close en 2010 et qui, selon des emails internes de TeliaSonera et des câbles diplomatiques, était sous le contrôle de Gulnara Karimov, la fille du dictateur tchétchène. Le rapport qui sera livré demain évoque le cas Zeromax. Lire la suite

Affaire SNC-Lavalin: un ex-PDG entendu en Suisse


EXCLUSIF. Jacques Lamarre, l’ex-PDG du géant de la construction SNC-Lavalin a été interrogé par le Ministère public de la Confédération, a appris la RTS. Cette audition avait pour cadre l’enquête contre Riadh Ben Aïssa, un ancien de la firme, suspecté de corruption et de blanchiment. Les montants avoisinent les 130 millions de francs. Lire la suite

Un avocat suisse pris dans le scandale SNC-Lavalin

Dans l’affaire Ben Aïssa, du nom de cet ex-dirigeant du géant canadien de la construction SNC-Lavalin et emprisonné depuis avril en Suisse, un avocat genevois est désormais sous enquête du Ministère public de la Confédération pour des faits de corruption d’agents publics et de blanchiment, a appris la RTS dimanche.  Lire la suite

Berne bloque des centaines de millions d’origine ouzbèke

EXCLUSIF. Le Ministère public de la Confédération enquête sur une vaste affaire de blanchiment d’argent et de corruption en lien avec des fonds ouzbeks. Selon la RTS, des centaines de millions de francs ont déjà été bloqués dans plusieurs banques suisses depuis début août. Au centre de l’affaire, des personnes proches de la famille du président Islam Karimov. Lire la suite

M. Marzouki sur la Suisse et l’argent du clan Ben Ali

Dans un entretien accordé à la RTS, le président tunisien Moncef Marzouki demande à la Suisse d’accélérer la restitution des fonds du clan Ben Ali gelés par la Confédération début 2011. Cet argent – environ 60 millions de francs – représente un montant « dérisoire » par rapport à ce que les banques suisses auraient accepté. Il souhaite rencontrer le Conseil fédéral pour évoquer ce dossier lors de son passage en Suisse en juin prochain.
Lire la suite

HSBC Genève hébergeait les comptes du clan Ben Ali

HSBC Private Bank (Suisse) SA est au centre d’une nouvelle affaire lié aux avoirs mal acquis de l’ex-dictateur tunisien Ben Ali. Selon la RTS, les nouvelles autorités tunisiennes soupçonnent la banque d’avoir hébergé les comptes de deux sociétés offshore du clan. Des sociétés impliquées en 2008 dans une transaction immobilière qui aurait rapporté près de 130 millions de francs à l’ex-dictateur tunisien et à ses proches. A l’époque, l’acheteur est un fonds d’investissement libyen, alors contrôlé par l’entourage du Colonel Kadhafi. 

Lire la suite

La FINMA, les banques et le Printemps arabe: régression transparente

OPINION. Que ce fut long. Prévu pour le début de l’été, puis la fin de celui-ci, voire le début de l’automne, c’est jeudi 10 novembre que la FINMA, le surveillant des banques, a publié son rapport sur le respect – ou non – des obligations de diligence des banques envers des personnes sensibles provenant des dictatures tombées avec le Printemps arabe (Egypte, Tunisie, Libye). En résumé, si les banques ont accueilli des fonds d’individus provenant de ces pays (ce qui n’est pas illégal), ont-elles vraiment vérifié si ces personnes n’étaient pas trop proches du pouvoir en place? La réponse est décevante: oui, sauf quatre moutons noirs. Lire la suite

Ridha Kéfi: «Les Tunisiens sentent que les Suisses protègent les intérêts de leurs banques»

Ecrivain et journaliste, Ridha Kéfi a fondé et dirige encore la publication en ligne kapitalis.com, un site francophone très lu dans le milieu des affaires en Tunisie. Cet ex-correspondant de Jeune Afrique en Tunisie est devenu, voici quelques mois, membre de l’INIRIC, l’instance nationale indépendante de la réforme de l’information et de la communication. A Tunis, il revient sur les questions qui entourent la restitution des fonds Ben Ali placés à l’étranger, en particulier en Suisse. Lire la suite