Vaud et multinationales: des milliards de bénéfices exonérés

Pascal Broulis, chef des finances vaudoises

Vaud est dans le viseur du Contrôle fédéral des finances (CdF). Vendredi, ce dernier livrera un rapport sur les allégements fiscaux aux firmes étrangères, a appris la TSR. En 2007, elles ont pu défiscaliser près de 23 milliards de francs de bénéfices, dont 70% pour celles installées sur le canton de Vaud. Un rapport qui critique aussi le manque de contrôle de l’administration fédérale. Lire la suite

Travail au noir: le chantier fédéral de la Cinémathèque suisse épinglé

Chantier de la Cinémathèque, Penthaz

Depuis ce printemps, la Confédération érige un nouveau centre d’archivage pour la Cinémathèque suisse à Penthaz (VD). Coût: 60 millions de francs. Selon des documents en possession de la TSR, un contrôle de l’inspectorat vaudois des chantiers a révélé des cas d’infractions graves et le recours a du travail au noir. Pour l’Office fédéral des constructions et de la logistique (OFCL), responsable du dossier, c’est une première pour la Confédération depuis l’entrée en vigueur de la loi sur le travail au noir en 2008. Suite aux appels de la TSR, sa direction a lancé une enquête contre les contrevenants. Lire la suite

Belhassen Trabelsi: 11 millions chez HSBC Genève

Belhassen Trabelsi, le beau-frère du président tunisien déchu détient plus de 11 millions de francs à la HSBC Private Bank de Genève. Cet homme notoirement corrompu a pu placer cette fortune en Suisse en dépit des lois et règlements en vigueur dans le pays, révèle dimanche la TSR. L’affaire pose une série de questions sur les contrôles effectués par la banque au moment de l’ouverture du compte, mais aussi lors de ses contrôles annuels de la relation d’affaires avec Belhassen Trabelsi. Enquête.  Lire la suite

BNS: la mesure d’une décision

L’unanimité règne chez les commentateurs, experts et autres économistes. En fixant un taux plancher au franc par rapport à l’euro, la Banque nationale suisse (BNS) fait un pari risqué. Dans les risques les plus cités par les experts, on rappelle une hausse possible de l’inflation à moyen terme – en agitant le spectre du début des années 80 avec un compteur qui frôlait les 7% après la fixation du cours du franc au mark allemand en 1978 –, des pertes en milliards au bilan de la BNS (et donc, adieu les versements aux collectivités publiques) et une aggravation de la bulle immobilière en certaines régions suisses. Côté syndical, la mesure de mardi est saluée, mais elle risque de ne pas suffire à contenir la destruction d’emplois dans le secteur des exportations ou de presser sur la tête des employés, contraints de travailler plus ou de voir leurs salaires tomber en euros. Pourtant, de ces avis d’experts, je n’ai pas encore lu – cela m’a échappé – une mesure « simple » du coup de poker pris par la BNS.  Lire la suite

La BNS et le marché des hypothèques à risque

Beaucoup se posent la question de savoir si l’intervention de la Banque nationale suisse (BNS) mercredi dernier aura un impact sur le marché immobilier et l’ampleur exacte du phénomène. Et nombreux font l’hypothèse qu’une baisse du taux hypothécaire aura lieu avec comme résultat, un boom des émissions d’hypothèques. Dans un marché immobilier déjà tendu dans certaines régions, la BNS ne vient-elle pas de donner un joli coup de pouce à une bulle immobilière? Lire la suite

Intérêts croisés entre Swissmedic et les pharmas

Plus des deux tiers des experts consultés par Swissmedic lors de l’introduction de nouveaux médicaments sur le marché suisse ont des liens d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique, révèle une enquête de la TSR. Certains experts détiennent même pour plusieurs centaines de milliers de francs d’actions dans ces firmes. Lire la suite

Comment Bulat Chagaev a mis la main sur Neuchâtel Xamax

Le rachat du club de la Maladière par l’homme d’affaires tchétchène agite le monde du football. Voici l’histoire secrète d’une transaction inhabituelle et le portrait de son acteur principal, un mécène mystérieux et proche du pouvoir dans son pays d’origine.  Lire la suite

Actions de Xamax: Sylvio Bernasconi à la manoeuvre

Un mois après le rachat de Neuchâtel Xamax par l’homme d’affaires tchétchène Bulat Chagaev, les acteurs locaux de l’économie s’interrogent. Comment l’ancien propriétaire du club, Sylvio Bernasconi, a-t-il obtenu une majorité des actions de Neuchâtel Xamax SA avant de les revendre? D’après les estimations de la TSR, non confirmées par l’intéressé, sa part a ainsi presque doublé en quelques mois. Dès ce printemps, Sylvio Bernasconi «a fait le tour des popotes», raconte un avocat neuchâtelois proche du club. Une information confirmée par quatre entreprises de la région qui souhaitent rester anonymes.  Lire la suite

Combien a empoché le clan el-Materi?

Dès 2005, Princesse Holdings met la main sur plus de 17’700 actions de Nestlé Tunisie au prix nominal de 254,194 dinars, soit pour moins 4 millions de nos francs. Une partie de ces actions (26,6%) proviennent de la Banque nationale agricole, un établissement bancaire qui était au centre des malversations opérées par Mohamed Sakhr el-Materi. Ce dernier y aurait notamment obtenu des crédits sans contreparties.  Lire la suite

Comment Nestlé a été la proie du clan Ben Ali

Le système mis en place en Tunisie par le clan déchu des Ben Ali a permis de siphonner des millions aux dépens des Tunisiens. Mais aussi de sociétés étrangères, à l’image de Nestlé. Le géant de l’agroalimentaire a ainsi gardé le silence pour ne pas mettre en péril ses activités en Tunisie. Lire la suite

Initiative fiscale socialiste: le DFF fait passer le message

Ce vendredi 19 novembre, l’Administration fédérale des finances (AFF) offrait à la presse un séminaire sur la péréquation financière et la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons. La RPT, en jargon fédéral. Dans une salle du Bernerhof, des journalistes –  surtout, suisses alémaniques – ont pu assister à la présentation d’un rapport qui évalue si oui ou non la RPT fonctionne. Un rapport sur lequel le Conseil fédéral statuera ce mercredi 24 novembre, ainsi que sur un message destiné aux Chambres fédérales. Le contenu? Exclu de l’évoquer. Car, comme requis par l’AFF, cette «séance pédagogique» de plus de deux heures, était soumise à embargo. De même que les documents distribués et les mots prononcés durant celle-ci.

Lire la suite