Un consul honoraire de France sous enquête en Suisse

EXCLUSIF. La société vaudoise W & V SA, dont le président n’est autre que le Consul honoraire de France en Valais, est sous enquête pénale. Elle n’a pas respecté l’astérisque qui protège les consommateurs du démarchage téléphonique. Une intrigue qui passe aussi par Tunis.  Lire la suite

Ecoutes téléphoniques: l’heure du choix

OPINION. La Confédération a toujours mal à ses grandes oreilles. Son système d’écoutes téléphoniques légales – le projet Interception System Schweiz (ISS) – demeure inopérant, malgré de nouveaux tests effectués cet été. Berne songe désormais à l’abandonner. A moins que le Conseil fédéral ne délie encore sa bourse. Et vite. Lire la suite

Des GovWare, mais à quel prix?

OPINION. Habile manœuvre. Ce mercredi, le Conseil fédéral acquiesce aux désirs de la justice pénale suisse. Si les Chambres fédérales l’acceptent aussi, elle pourra utiliser des logiciels espions (GovWare) pour fouiller les communications et les ordinateurs des criminels. Mais d’un autre côté, les dizaines de millions de francs que coûte ce type d’investigations secrètes resteront à la charge des Parquets… En gros, cela revient à vous filer les clés de la Ferrouse, essence comprise, mais sans la vignette pour l’autoroute. 

Lire la suite

Affaire ouzbèke: une société zougoise est ciblée

EXCLUSIF. Ce vendredi, l’opérateur suédois TeliaSonera livre un rapport très attendu sur les allégations de corruption qui auraient entaché son développement en Ouzbékistan. Selon des informations de l’agence de presse suédoise TT et la RTS, un nouveau lien apparaît entre cet opérateur et Zeromax, une société zougoise. Une société close en 2010 et qui, selon des emails internes de TeliaSonera et des câbles diplomatiques, était sous le contrôle de Gulnara Karimov, la fille du dictateur tchétchène. Le rapport qui sera livré demain évoque le cas Zeromax. Lire la suite

Trois opérateurs télécoms suisses espionnés

Le Parquet de Genève enquête sur un réseau de renseignements illégal qui opérait au sein des trois grands opérateurs suisses de télécommunications. Selon la RTS, trois personnes ont été inculpées, des employés de Swisscom, Orange et Sunrise. Contre rémunération et depuis plusieurs années, ces employés ont fourni des données confidentielles à des tiers en violation de leur secret professionnel. Lire la suite