Des GovWare, mais à quel prix?

OPINION. Habile manœuvre. Ce mercredi, le Conseil fédéral acquiesce aux désirs de la justice pénale suisse. Si les Chambres fédérales l’acceptent aussi, elle pourra utiliser des logiciels espions (GovWare) pour fouiller les communications et les ordinateurs des criminels. Mais d’un autre côté, les dizaines de millions de francs que coûte ce type d’investigations secrètes resteront à la charge des Parquets… En gros, cela revient à vous filer les clés de la Ferrouse, essence comprise, mais sans la vignette pour l’autoroute. 

Lire la suite